L’été en PLV : comment élaborer un packaging qui en jette

Pour qu’un produit disposé sur lieu de vente attire l‘attention du client, (presque) tout se joue au niveau du packaging. Le support (comptoir, présentoir, cube…) sert finalement à mettre en avant le produit, à le sublimer. Mais alors comment réussir son packaging ?

Connaître les types de packaging

Avant toute chose, il faut connaître les bases du packaging. Il a une double fonction : emballer le produit, et passer un message commercial, le tout en prenant en compte l’image de marque.

On distingue 3 types d’emballages :

  • Le primaire conditionne le produit, est en contact direct avec lui
  • Le secondaire emballe un lot de produits ensemble
  • Le tertiaire transporte le/les produits

Généralement, on se focalise sur les emballages primaire et secondaire pour en mettre plein la vue.

Aborder l’esthétique du packaging

L’esthétique du packaging se pense de 3 manières complémentaires et indispensables.

Premièrement, il a un rôle informatif : c’est là que l’équipe marketing et communication doit intervenir pour transmettre des informations capitales. D’une part, les informations de base sur le produit, hiérarchisées selon leur importance (marque, contenu, utilisation, ingrédients, mode d’emploi, etc.), ainsi que ses avantages concurrentiels.

A lire aussi : PLV en vitrine de magasin : comment capter l’attention ?

Deuxièmement, le packaging doit permettre une grande visibilité du produit en magasin : le client devrait pouvoir reconnaître le produit et/ou la marque en un coup d’œil de quelques secondes. Une forte identité visuelle est de mise, ainsi qu’un jeu de formes, de couleurs… pour attirer l’œil.

Troisièmement, l’emballage doit se démarquer des autres, notamment de ses concurrents directs. Que ce soit par des effets visuels ou sensoriels (relief au toucher, odeurs, maniabilité…). L’originalité et la performance du packaging sont de mise pour séduire la clientèle.

Les tendances du packaging en 2019

Cette année, diverses tendances héritées des années précédentes ou innovantes s’imposent dans le monde du packaging.

Le style ultra minimaliste

On pense tout d’abord au minimalisme, où simplicité rime avec efficacité. Exit le superflu, on revient aux basiques, à la transparence et à l’authenticité.

En termes d’illustrations, le « flat design » est privilégié de nos jours, toujours dans l’idée selon laquelle la simplicité et la lisibilité sont les clés.

Produit et packaging sont pensés avec un binôme de couleurs

Ensuite, dans la même veine, on opte pour des palettes de couleurs « nude » (beige, écru, rose pâle, marrons clairs), une alliance noir et blanc, ou encore des dégradés subtils de couleurs.

Par ailleurs, pour les plus téméraires, les packagings atypiques marquent les esprits, comme les aspects holographiques, en relief, de divers effets de matière, etc.

Enfin, époque nostalgique oblige, les design d’inspiration vintage ou en 8-bit des années 80-90 sont à la mode.

L’indémodable inspiration vintage, dite “old school”

L’objectif étant de trouver la tendance qui correspondra le plus avec votre identité !

A voir : Les 4 règles d’or à suivre pour une PLV efficace

Leave a comment